Russia and Shishin shine in the sun

Russia and Shishin shine in the sun

© AFP

Russia have well and truly proven that their shock win two years ago in Ravenna was no fluke with a deserved, and ultimately comfortable, win against Spain in the Tahiti 2013 finale. Their level of professionalism and single-minded approach is undoubted and was on display in Papeete on Saturday night as they overpowered the Spaniards.

They were made to work hard throughout the tournament to ultimately claim the spoils. They had two single-goal wins plus a hugely challenging comeback victory against Tahiti in the semi-final when the hold on their crown hung in the balance.

This time, however, Russia dominated once they took the lead in the second period, and the retention of their crown was rarely in doubt from the moment Anton Shkarin hit the opener 30 seconds into the second period.

Little wonder then that Russia coach Mikhail Likhachev was of the view that they left their best to last. “It was our best match of the tournament and we are so happy to take home a winner’s medal,” he said. “Perhaps the Tahiti game in the semi-final was our most difficult.”

Golden Shishin
A recurring theme throughout the tournament for Russia has been the goalscoring form of Dmitrii Shishin. A tireless and powerful figure all over the park, Shishin collected the adidas Golden Scorer Award edging out Brazil’s Bruno Xavier.

“I’m so happy to win the World Cup for a second time,” Shishin told FIFA.com in the bowels of the To’ato stadium with his winner’s medal hanging proudly around his neck. “I think this proves that last time was not an accident.

“The level of all the teams have grown a lot, especially teams like Tahiti and Japan. They have really developed quickly and it shows that beach soccer is growing rapidly.”

Shishin scored in every match, although it took until the final ten seconds of the final to complete the full set. That eleventh hour strike was enough to claim the coveted goalscorers’ award.

“I’m so happy, I honestly could not ever dream that such an award would come my way,” he said. “I have scored in many games and when I entered the field today I was hoping to score, but most of all I wanted the team to win.”

 

FIFA.com

La Russie à l’horizon du rêve tahitien

La Russie à l'horizon du rêve tahitien

© Getty Images

Le 26 septembre 2013, le monde aura les yeux rivés sur le rendez-vous entre l’Espagne et le Brésil, déjà un classique. Pourtant, la première demi-finale de la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA,Tahiti 2013 constitue peut-être l’affiche la plus excitante de la soirée.

L’affiche
RussieTahiti, vendredi 27 septembre, 19h00 (heure locale)

Cette passionnante confrontation opposera les champions du monde en titre aux rêveurs du bout du monde. Angelo Schirinzi, le rusé sélectionneur suisse des Tiki Toa, affirme qu’il vise désormais le titre. Aussi fantaisiste que ce pronostic puisse paraître, on ne miserait pas pour autant sur une défaite certaine de l’équipe hôte. En quart de finale, Tahiti a en effet livré une performance sensationnelle en s’imposant 6:1 face à l’Argentine, championne d’Amérique du Sud. Si les suspensions et les blessures pourraient coûter cher aux Polynésiens, les locaux ont néanmoins rappelé à quel point le bruyant public de Papeete représente une source de motivation.

De son côté, la Russie a démontré le pragmatisme d’une équipe qui semble savoir comment arracher une victoire lorsque c’est impératif. Certes, les hommes de Likhachev n’ont remporté leurs deux matches précédents que sur la plus petite des marges, balbutiant même leur football en phase de groupes devant une Côte d’Ivoire diminuée. Mais les Russes ne sont pas champions du monde en titre pour rien. Cette sélection de grande expérience sait gérer l’atmosphère électrique générée par le public tahitien.

Le joueur à suivre
Teva Zaveroni (TAH)
Il est un pilier du football tahitien depuis une bonne décennie. Après avoir conduit les Tiki Toa à leur première victoire sur la scène planétaire il y a deux ans, dans le rôle d’entraîneur-joueur, l’attaquant de 37 ans connaît aujourd’hui une fin de carrière remarquable. Zaveroni offre un cocktail équilibré de ruse et d’expérience, deux qualités précieuses lors d’une demi-finale de Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA.

La stat
– Tahiti est le premier représentant de l’OFC, depuis que l’Australie, ancienne membre de la confédération, a rejoint l’AFC, à atteindre les demi-finales d’une compétition FIFA.

Entendu…
“La Russie joue avec la même équipe depuis dix ans. Je pense savoir comment l’affronter. Faisons-le tous ensemble, pour Tahiti” – Angelo Schirinzi, sélectionneur de Tahiti

Tahiti possède une très bonne équipe grâce au travail réalisé au cours des deux dernières années. Nous n’avons pas peur. Ce sera un plaisir de les défier dans ce stade. Nous nous réjouissons de voir tous ces gens qui viennent chaque soir assister à nos matches” – Mikhail Likhachev, sélectionneur de la Russie

 

FIFA.com