Célébration 15 ans GIM UEMOA/ Tiémoko Meyliet Koné : ‘’Notre objectif, assurer l’accès aux services financiers du plus grand nombre’’

Flag of Côte d'Ivoire.svg

Monétique

© Abidjan.net par Atapointe 
Monétique et Inclusion financière: Le GIM UEMOA célèbre à Abidjan ses 15 ans d’existence
Vendredi 01 décembre 2017. Le Gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Tiémoko Meyliet Koné a présidé ce vendredi à Abidjan, les festivités marquant les 15 ans d’existence du Groupement Interbancaire Monétique de l`Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (GIM UEMOA). Photo: Tiémoko Meyliet Koné, Gouverneur BCEAO.

Le Gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Tiémoko Meyliet Koné a présidé ce vendredi 1er décembre 2017 à Abidjan, les festivités marquant les 15 ans d’existence du Groupement Interbancaire Monétique de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (GIM UEMOA).

Le Gouverneur de la BCEAO a qualifié de ‘’satisfaisant’’ ce premier bilan du GIM UEMOA. Il a salué les ‘’15 ans d’efforts continus du GIM UEMOA, au terme desquels la monétique interbancaire est devenue une réalité dans l’espace UEMOA’’. Les plus de 500 milliards de F CFA de transaction et de 40 millions de cartes émises témoignent, a indiqué Tiémoko Meyliet Koné, de l’engagement des institutions bancaires en faveur des moyens de paiement par carte.

Poursuivant, le Gouverneur de la BCEAO a expliqué que les nouveaux services doivent être en phase avec les attentes des populations de l’UEMOA, en particulier les jeunes, les femmes, les populations rurales et les administrations publiques financières. ‘’L’avenir du GIM UEMOA dépendra de sa capacité à accompagner d’une manière efficiente ses membres et les nouveaux acteurs de l’écosystème des services financiers’’, a affirmé Tiémoko Meyliet Koné. Le Gouverneur de la BCEAO a tenu à féliciter les instances du GIM UEMOA pour le travail accompli et les a encouragés à poursuivre leurs efforts.

Le Patron de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest a, en dépit de l’important travail abattu par le GIM UEMOA, estimé que des défis restent à relever. Il s’agit notamment du renforcement de la sécurisation des transactions – l’amélioration continue de la qualité et de la disponibilité du service – l’Offre d’une carte de service répondant aux besoins des populations – la mutualisation des moyens dans les domaines non concurrentiels – La mise en place de l’inter-opérabilité dans l’ensemble des moyens et plateformes de paiement électronique – La réduction du coût et l’amélioration de l’accessibilité des services financés par les populations à faibles revenus.

Tiémoko Meyliet Koné a réaffirmé l’engagement de la BCEAO à continuer à assurer ses rôles de régulateur, de surveillant et surtout de catalyseur. ‘’Notre objectif, assurer l’accès aux services financers du plus grand nombre’’, a-t-il affirmé.

Guy Koizan, le président de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers de Côte d’Ivoire (APBEF-CI) a salué le soutien du GIM UEMOA à l’activité bancaire dans l’espace régional. ‘’Les réformes étant toujours nécessaires’’, il a encouragé le GIM UEMOA à maintenir cette tendance. Guy Koizan a dit le souhait de l’APBEF-CI de voir le siège du GIM UEMOA s’installer en Côte d’Ivoire comme le prévoit les textes de l’Institution.

Pour Blaise Ahouantchede, le Directeur Général du GIM UEMOA, son institution incarne la réalité concrète d’une œuvre commune qu’est la Monétique Interbancaire Régionale. ‘’En 15 ans d’activité, le système interbancaire de paiement électronique mis en place dans les pays de l’UEMOA par la BCEAO a atteint et la communauté bancaire, au travers du GIM UEMOA, a pleinement atteint son objectif premier de fournir un instrument d’échanges fiables et sécurisés de flux monétiques pour les acteurs et les populations de la zone’’, s’est-il félicité. Ce sont plus d’une centaine d’Institutions bancaires, financières et postales qui participent au quotidien à la consolidation de cette ‘’expérience unique en son genre’’.

 

news.abidjan.net

Des actions conjointes pour la prévention et la résolution des crises en Afrique de l’Ouest et au Sahel

Flag of Côte d'Ivoire.svg

Cérémonie

© Présidence par David Zamblé 
Cérémonie d`ouverture de la Conférence des Premières Dames de l`Afrique de l`Ouest et du Sahel sur la lutte contre le Travail des Enfants et l`Autonomisation des Femmes
Mardi 17 octobre 2017. Palais des Congrès du Sofitel Hôtel Ivoire. Les premières dames d’Afrique de l’Ouest réunies à Abidjan afin de lutter contre une démographie galopante qui, mal maîtrisée, génère la pauvreté dans cette région qui compte 330 millions d’habitants. Photo: M. Marcel Alain de Souza, Président de la Commission de la CEDEAO.

Abidjan – La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le Bureau des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS) et ONUFEMMES organiseront conjointement, lundi à Dakar, au Sénégal, la 8ème édition de la journée portes ouvertes Genre, Femmes, Jeunes, Paix et Sécurité.

Cette édition porte sur le Plan d’action 2017-2020 pour la Composante femmes, paix et sécurité du Cadre de prévention des conflits de la CEDEAO, rapporte un communiqué de presse de l’organisation sous-régionale transmis samedi à l’AIP.

Elle se veut un cadre d’échanges avec les femmes et les jeunes leaders de la région sur les différents axes et activités de ce Plan d’action afin de susciter la création de synergies d’actions à entreprendre pour la prévention et la résolution inclusives des conflits en Afrique de l’Ouest et au Sahel.

Ce Plan traduit la volonté et l’attachement de la CEDEAO d’aborder les questions de l’exclusion des femmes dans les mécanismes de prévention des conflits en Afrique de l’Ouest à travers un agenda qui définit la sécurité des populations de la région.

Au nombre des participants à la rencontre de Dakar, figurent notamment des femmes et des jeunes leaders d’Afrique de l’Ouest et du Sahel, des représentants nationaux du Groupe de travail femmes, jeunes, paix et sécurité en Afrique de l’Ouest et au Sahel ainsi que ceux de la Plateforme des femmes du G5 Sahel, des universitaires.

Il y aura également des représentants d’organisations régionales, ceux des entités des Nations unies et de la Commission de la CEDEAO, sans oublier des membres de la diaspora.

 

news.abidjan.net

Rencontre FIF-Canal Plus : Ce qui s’est passé entre Sidy Diallo et ses hôtes

Flag of Côte d'Ivoire.svg

Football:

© Abidjan.net par Atapointe 
Football: Assemblée générale élective de la FIF
A l`issus de l`assemblée générale qui s`est tenue ce samedi 20 février 2016 à la Fondation Felix Houphouet Boigny, Sidy Diallo (Photo) candidat à sa propre succession a été élu par acclamation à la tête de la Fédération pour une durée de 4 ans.
Rencontre FIF-Canal Plus : Ce qui s’est passé entre Sidy Diallo et ses hôtes

Le président de la FIF, Augustin Sidy Diallo et son 1er vice-président Sory Diabaté ont reçu les représentants de Canal Plus

Le président de la Fédération ivoirienne de football (FIF), Augustin Sidy Diallo, a eu, le vendredi 8 décembre 2017, une séance de travail avec les représentants de la chaine Canal Plus, au siège de la FIF, pour faire le bilan de leur partenariat et voir ce qu’il faut parfaire.

Le président de la Fédération ivoirienne de football (FIF), Augustin Sidy Diallo, et son premier vice-président, Sory Diabaté, ont reçu des représentants de la Chaine Canal Plus, le vendredi 8 décembre 2017, au siège même de la maison de verre à Treichville. Il s’agissait pour le président Sidy Diallo  et ses hôtes de faire le point de leur partenariat, après un an et demi de collaboration.

 

Il ressort de cette rencontre que les deux parties sont satisfaites, du moins si l’on s’en tient aux propos de Pierre Chaudesaygues, directeur des chaines de sport de Canal Plus.

Le partenariat FIF-Canal Plus est un mariage d’une durée de 5 ans.

Ci-dessous, la réaction de Pierre Chaudesaygues, après la rencontre avec les dirigeants de la FIF.

Pierre Chaudesaygues (directeur des chaines de sport Canal Plus) : « On veut grandir encore avec la Fédération »

Que retenir de la rencontre avec le président de la FIF ?

On peut retenir que nous avons fait un bilan de la saison qui s’est écoulée, ce début de saison qui se passe très très bien comme vous avez pu le voir sur les antennes de Canal. Nous avons tous les week-ends, 3 à 4 matches de la Ligue 1 ivoirienne. Donc pour l’instant, le bilan est plutôt très positif. On espère continuer, grandir encore ensemble et je pense qu’au cours de la saison, il va y avoir de plus en plus de belles choses à l’antenne.

 

Il y a eu un changement de producteur des matches, est-ce que vous en avez parlé ?

Oui on en a parlé, vous savez, pour nous le résultat est important. Ce qu’on veut, c’est pour nos abonnés, qu’ils aient de beaux matches à l’antenne. Après, la FIF produit les matches. Le prestataire le décide, le choisit, il travaille avec lui. Nous, le résultat est important et nos abonnés nous disent que les matches sont bien produits, c’est ce qui compte. Aujourd’hui, on ne peut pas se dire c’est tel ou tel prestataire, on dit il y a de beaux matches à l’antenne et ça, c’est important.

Quel bilan faites-vous après une année de partenariat avec la FIF ?

Notre objectif, il est clair. On est arrivé ici il y a un an et demi-maintenant. Et notre souhait, c’est de grandir avec ce championnat, le faire grandir. On a vu qu’il avait beaucoup évolué et j’espère que demain, on ira encore plus sur d’autres terrains. On a commencé à investir le Stade Houphouët Boigny cette année, c’est nouveau, c’est bien. On a fait Bouaké. On a un service de production qui travaille beaucoup en collaboration avec la FIF. Donc, voilà, on veut grandir encore avec la Fédération, avec ce championnat, avec la Ligue et demain, on espère qu’il sera la référence des championnats en Afrique. On l’est déjà un petit peu, mais il faut continuer à travailler.

Qu’est-ce qu’il y a à parfaire ?

Ah qu’est-ce qu’il y a à parfaire. Il y a plein de choses et je pense qu’ensemble, on voit ce qu’on peut améliorer : la qualité des terrains, la qualité de l’accueil. Ensemble, on voit qu’il faut travailler sur plein de petites choses qui font la différence. En fait, on rentre maintenant dans les détails. C’est toujours important, on le sait. C’est des petits détails d’où vient l’excellence, la qualité. Aujourd’hui, il faut apprendre à grandir, mais je pense qu’on est sur la bonne voie. Franchement !

On peut donc parler de mariage de raison…

Mariage de raison, c’est vous qui le dites. C’est un beau mariage. Je pense que Canal et la FIF, aujourd’hui, sont satisfaits de ce qui a été accompli déjà depuis un an et demi. On espère vraiment qu’au cours de ces prochaines années, ce sera un très très grand championnat.

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

 

linfodrome.com

Le projet de loi de règlement 2016 adopté à l’Assemblée nationale

Flag of Côte d'Ivoire.svg

Assemblée

© AFP par DR 
Assemblée nationale : clôture de la 4e session extraordinaire de l`année 2013
Vendredi 23 aout 2013. Abidjan. Les députés ont participé a la Clôture de la 4e session extraordinaire de l`année 2013, en présence du président de l`assemblée nationale. En séance plénière, les élus ont voté 7 projets de lois.

Le projet de loi de règlement pour l’année 2016 a été adopté jeudi, à l’Assemblée nationale, par l’unanimité des députés membres de la Commission des affaires économiques et financières (Caef), selon un communiqué de l’Institution.

Le secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé du Budget et du portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo qui a présenté le dossier aux parlementaires a répondu à quelques observations avant l’adoption du projet.

« L’Assemblée nationale nous avait autorisé à mener certaines dépenses. Ce qui s’est traduit par l’adoption du budget 2016. Nous sommes venus rendre compte de la façon dont les ressources publiques ont été utilisées. Et à notre grande satisfaction, ce projet de loi a été adopté par la Caef, donnant la preuve que les ressources publiques sont bien utilisées», a indiqué au terme de la session, Moussa Sanogo.

Il a souligné que cet exercice permet non seulement d’informer l’Assemblée nationale de l’exécution de la loi de finances portant budget de l’Etat, en ressources et en dépenses mais aussi d’arrêter définitivement les comptes de la gestion.

Ainsi, au chapitre de l’exécution du budget de l’Etat, Moussa Sanogo a souligné, relativement aux finances publiques, l’évolution notable des hypothèses de base de projection et la nécessité de prendre en compte les besoins de renforcement des actions de l’Etat, notamment dans les secteurs agricoles, de la sécurité et des infrastructures.

Toute chose qui a conduit à la prise d’un collectif budgétaire, à travers l’adoption par l’Assemblée nationale de la loi de finances rectificative n° 2016-1114 du 8 décembre 2016, portant budget de l’Etat pour l’année 2016. Et les ajustements opérés à travers ce collectif budgétaire ont porté le niveau du budget de 5.813.332.029.614 FCFA à 6.165.805.292.920 FCFA.

 

news.abidjan.net

One Planet Summit: Le Président Alassane Ouattara a quitté l’Egypte pour la France ce samedi

 Flag of Côte d'Ivoire.svg

Départ

© Présidence par DR 
Départ du Président de la République, S.E.M. Alassane Ouattara, de Charm El-Cheikh pour Paris
Samedi 09 décembre 2017. Départ du Président de la République, S.E.M. Alassane Ouattara, de Charm El-Cheikh pour Paris après avoir pris part au Forum Africa 2017.

Organisé à l’initiative de la France, ce sommet vise à évaluer la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat, notamment la mobilisation des financements privés et publics promis lors de la Cop 21 à Paris en 2015.

One Planet Summit: Le Président Alassane Ouattara a quitté l’Egypte pour la France ce samedi

Le Président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, a quitté ce samedi 9 décembre 2017, Charm El-Cheikh en Égypte, pour la France. Où il prendra part au « One Planet Summit », annonce la présidence ivoirienne sur sa page facebook.

Organisé à l’initiative de la France, ce sommet vise à évaluer la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat, notamment la mobilisation des financements privés et publics promis lors de la Cop 21 à Paris en 2015.

Mais avant, le Chef de l’Etat ivoirien a pris part le vendredi 8 décembre, à l’ouverture de la deuxième édition du Forum Africa 2017, dont l’objectif est de promouvoir le commerce et les investissements en Afrique. Alassane Ouattara regagnera Abidjan le mercredi 13 décembre prochain.

Franck YEO

 

fratmat.info

Le Chef de l’Etat a pris part à la cérémonie d’ouverture du Forum Africa 2017, à Charm El-Cheikh

Flag of Côte d'Ivoire.svg

Cérémonie

© Présidence par DR 
Cérémonie d`ouverture du Forum Africa 2017 en Egypte
Vendredi 08 décembre 2017.Charm el-Cheikh.Cérémonie d`ouverture du Forum Africa 2017,en Egypte, en présence du Président de la République, S.E.M. Alassane Ouattara.

Le Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, a pris part, ce vendredi 08 décembre 2017, au Centre de conférences de Charm El-Cheikh (Egypte), à la cérémonie d’ouverture de la deuxième édition du Forum Africa 2017.
Ce forum, dont l’objectif est de promouvoir le commerce et les investissements en Afrique, a également enregistré la participation des Présidents Abdel Fattah AL-SISSI d’Égypte, Alpha CONDE de la Guinée, Paul KAGAME du Rwanda et Mohamed Abdullahi Mohamed de la Somalie.
Ils ont tous salué la tenue de ce Forum et indiqué les voies et moyens à mettre en oeuvre pour attirer davantage de capitaux sur le continent africain afin de de financer son développement, notamment les secteurs sociaux de base et les infrastructures.
Ils ont par, ailleurs, félicité le Président Alassane OUATTARA et le peuple ivoirien pour la parfaite organisation, les 29 et 30 novembre derniers, du Sommet Union Africaine -Union Européenne, dont le succès fait la fierté de toute l’Afrique.
Le Président Alassane OUATTARA a, pour sa part, exprimé sa gratitude à ses homologues de la Guinée, du Rwanda et de la Somalie ainsi qu’à la délégation égyptienne pour leur présence à Abidjan, à l’occasion de ce Sommet dont les travaux ont abouti à une déclaration consensuelle, qui reflète la richesse du partenariat entre nos deux continents.
Il a ensuite préconisé l’accélération du rythme des investissements en Afrique, afin de tirer profit de tout le potentiel du continent africain et favoriser une croissance durable et inclusive à même d’offrir plus d’opportunités à notre jeunesse.

Pour le Président OUATTARA, l’Afrique doit cibler les investissements dans les domaines tels que l’éducation, la santé, la sécurité, l’industrie, les nouvelles technologies et surtout les infrastructures, en plus des grands projets sous-régionaux dans les secteurs du transport et de l’énergie pour favoriser l’intégration régionale.
Concernant le financement des investissements, le Chef de l’Etat a recommandé de mettre la priorité sur l’accélération de la mobilisation des ressources intérieures, l’amélioration du climat des affaires, le développement d’un secteur financier solide et diversifié et l’accroissement du taux de l’épargne intérieure, et enfin la mobilisation des capitaux institutionnels.
Pour terminer, le Président de la République a encouragé les entreprises égyptiennes à venir investir en Côte d’Ivoire, « un pays plein de potentiel et d’opportunités, avec un environnement des affaires favorable pour le secteur privé et un cadre macroéconomique sain”.
Notons qu’en marge du Forum Africa 2017, le Président Alassane OUATTARA et son homologue égyptien, S.E.M. Abdel Fattah AL-SISSI, se sont entretenus sur le renforcement de la coopération bilatérale entre la Côte d’Ivoire et l’Egypte ainsi que sur les questions régionales et internationales.

news.abidjan.net