Cameroon launches feasibility studies for a space programme

Flag of Cameroon.svg

Cameroon recently launched a feasibility studies for a space programme (Camspace). Indeed, on July 17, 2019, Minette Libom Li Likeng, minister of posts and telecommunications signed a decision governing the organization and functioning of the working group in charge of the study.

The said group will provide data on the country’s ability to conduct such programme. It will also investigate satellite networks’ deployment processes, the necessary human resources, the required environmental impact assessment, the cost of such project and its economic cost-effectiveness.

The experts in the working group are from about twenty administrations and institutions in the following sectors: higher education, telecoms, research, agriculture, health, environment mining and technology.

According to Minette Minette Libom Likeng the group will be dissolved once the study report is submitted to the ministry of communications. This submission should occur not later than two months after the report is validated by the inter-ministerial commission for frequency bands’ allocation.

If successful, Camspace will propel Cameroon to the ranks of African countries like South Africa, Ghana, Angola, Morocco, Algeria, Egypt, Nigeria and Rwanda that already have their own satellites.

Source : Cameroon Online

2-Week Power Outage Paralyzes Cameroon

Flag of Cameroon.svg

People in Yaounde, Cameroon are now resorting to generators for power, Aug 16, 2019.
(Photo: Moki Kindzeka /VOA)

Businesses, media and hospitals in Cameroon’s capital have been brought to a halt because of an unprecedented power failure that has gone on for nearly two weeks. The government has ordered the electric company, ENEO, to restore power within seven days but the company says it needs at least three months to repair equipment destroyed in a fire.

This loud noise from a standby generator is unusual in Cameroon’s capital, Yaounde. But for the past two weeks, many locals have become familiar with it.

The power supply disappeared on August 4th, the day a fire ripped through the city’s main power station, destroying much of the equipment, and leaving more than one million people without electricity.

The government has ordered the electric company, ENEO, to restore power within seven days but the company says it needs at least three months to repair equipment destroyed in a fire.

Henry Ndaa, manager of Divine Finance, a bank in Yaounde, now relies on the generator to keep the lights on and computers running. But this source of power is unreliable, because at times fuel stations cannot supply enough gasoline to keep it going.

“We cannot adequately operate. We use the generator and it goes off and it is weighing negatively on us and our customers. Our members keep complaining,” he told VOA.

The power outage has paralyzed businesses, crippled hospitals, affected the water supply and forced people to dispose of huge quantities of perishable goods. Radio and TV stations cannot have regular broadcasts.

Godlove Ndifontah, a researcher, says even the internet supply is no longer regular.

“It is horrible. I am on my machine always almost 24 on 24 [every day], preparing my projects and responding to mails from my partners. [Now] we have to go to where there are generators in order to pay 500 francs ($510) to charge your machine or to charge your phone per hour.”

Cameroon’s minister of water and energy resources, Gaston Eloundou Essomba, says the government is taking steps to replace all of the damaged equipment and will import parts from abroad as needed.Communication minister and government spokesperson Rene Emmanuel Sadi says power is being rationed, and urged people in neighborhoods without electricity to be patient.

“The government wishes to laud the patience, understanding and civic sense showcased by the inhabitants of the capital city. Instructions have been given to ENEO to provide a general calendar of the rationing of supply to the public of the city of Yaounde,” he said.

Authorities have not identified the cause of the August 4 fire, although they refuted newspaper reports of sabotage.

 

cameroononline.org/

 

Youssoufa Moukoko: Borussia Dortmund’s star in the making

Flag of Cameroon.svg

Still only 14, the Cameroonian wunderkind hit the headlines again this week after scoring six times in a U19 youth match. After starring across several age groups, the only thing holding him back is age restriction.

The most bizarre thing about Youssoufa Moukoko scoring six goals in an under 19s (U19) youth match on Sunday isn’t that the Borussia Dortmund striker is just 14 years old. It’s that nobody is particularly surprised.

Moukoko’s goalscoring feats have become the stuff of legend in Germany’s youth divisions. He first came to prominence after scoring a brace on his U17 debut in 2017. He was 12.

The Cameroon-born star in the making has gone on to break a series of records at youth level. 46 goals in 25 games — the greatest ever return in a single U17 season — would have been remarkable enough were he not 14 years old.

More than just a flat-track bully, the child prodigy’s strikes last season included a brace against Schalke in a 4-4 draw en route to winning the league title, and decisive goals in the semifinal and final of the team’s triumphant cup campaign.

 

At the beginning of the 2019/20 season, there was little doubt he was ready to make yet another step up in age classification.

“Youssoufa has now reached the age in which he is allowed to play in the U19 team,” youth chief Lars Ricken had told German daily BILD ahead of Moukoko’s promotion. “We see this as the right year for him to play in this age group, which corresponds to his performance. He’s scored a lot of goals, is very inquisitive, hungry for success, hardworking and always comes with a smile that distinguishes him, that’s what we look at. The tools are there.”

The decision has been quickly vindicated, and Sunday’s double hat-trick again SG Unterrath must surely have Borussia Dortmund coaches checking the rulebooks to find out how soon the 14-year old can make his Bundesliga debut. Hint: not until the beginning of the 2021/22 season.

Such goalscoring prowess has naturally brought attention, positive and negative. Moukoko signed a boot deal with Nike worth a reported €10 million ($11.3m) in May of this year, drawing comparisons with Freddy Adu. Aged 14, the American signed his own lucrative boot deal and was tipped to be his nation’s very own Pele. He faded into obscurity instead, becoming a cautionary tale for a too-much-too-young youth football culture.

Others, meanwhile, have questioned his age, including a former coach at Borussia Dortmund. After all, how could a 14 year old possibly be this good? Dortmund youth coordinator, Lars Ricken, jumped to his defense, while Moukoko’s own father Joseph rejected the claims, asking how Youssafa could be older given his mother was still just 28.

The majority of the attention has been overwhelmingly positive, though. Every video of him destroying defenses half his age again drooled over on social media, receiving thousands of shares and comments.

His feats haven’t gone unnoticed in more rarified circles, either. The German FA are thought to be doing everything possible to lure him into a future with his adopted nation. He featured in Germany’s U16 victory over Austria in September 2018 and will recieve further calls-up in the future.

Those are decisions for another day, though. The focus now is to continue his remarkable progress in Germany’s youth divisions before, Borussia fans hope, lining up alongside Marco Reus, Jadon Sancho et al with the Yellow Wall in full support.

 

 

cameroononline.org

An African fantasy video game studio has created a comic book to reach a wider audience

Flag of Cameroon.svg

Cameroon-based video game company, Kiro’o Games, has rolled out the comic book version of “Aurion: The Legacy of the Kori-Odan”; an African-themed role-playing game which debuted in 2016. Kiro’o is using Aurion’s colored comic strip to target comic lovers in the US.

The video game studio decided to create a comic book, which is now available on Amazon, to enable more people have access to the fantasy world it created based on African myths. The The game’s PC format had sidelined many fans from enjoying it, especially African communities with few PC gamers.

“Between 2017 and 2018, black and white chapters of the comic were made available for free online; which got about 100,000 downloads and positive feedback from fans,” says William Fankam, lead community manager of Kiro’o Games.

Kiro’o has already had plenty of international media coverage and fans for its flagship video game’s creativity though that hype and excitement has not yet converted that into major funding. The team is already working on releasing the next volume of the 220-page comic by November, as feedback from the current volume has been encouraging, according to Dominique Yakan Brand, co-founder of Kiro’o Games.  Yakan says it has been in touch with Netflix about a possible animation version as well.

While its core business remains in video games it is shifting its focus away from the PC to the fast-growing African smartphone market. Kiro’o Games will be releasing in 2020 its first mobile game, a social parody simulation called The Boss. As well as moving into some of Africa’s big markets the company wants to make serious inroads into the US and European markets.

Africa is estimated to represent just a little over 1%of a market that generated $138 billion in 2018. As such, the continent still has untapped potentials. Kiro’s Games and other African studios are breaking into the industry to make gains from the sector that still has much opportunities for job and wealth creation. But not without difficulties.

Au Cameroun anglophone, le business des rapts et des rançons

Flag of Cameroon.svg

Le conflit au Cameroun anglophone (4/5). Des élèves, des fonctionnaires, des chefs traditionnels ou des hommes d’affaires sont enlevés par les combattants, qui les libèrent parfois en échange d’argent ou de fusils.

Billy* est silencieux. Depuis deux heures, il ne répond à aucune question. Assis en tailleur sur une natte verte étalée dans la véranda d’une coquette maison du quartier Odza, à Yaoundé, le frêle sexagénaire reste prostré, le regard perdu. « Mon père est traumatisé. Depuis son kidnapping, il a complètement changé. Il passe parfois des heures sans parler », s’excuse Charles*, son fils aîné, cadre dans un ministère.

En octobre 2018, Billy a été kidnappé non loin de Kumba, dans la région anglophone du Sud-Ouest, au Cameroun. Cet agriculteur prospère, propriétaire de dizaines d’hectares de plantations de caoutchouc, de cacao, de plantains et de manioc, se rendait dans l’un de ses champs, situé à quelques mètres de son domicile, lorsqu’il a été capturé par des hommes armés se présentant comme des « ambas boys » (le surnom des séparatistes). Ces derniers l’ont alors conduit au cœur de la forêt, avant d’exiger une rançon de 15 millions de francs CFA (près de 23 000 euros) pour sa libération.

« Ils ont d’abord contacté l’un de mes oncles, au village, qui m’a aussitôt appelé, raconte Charles. J’étais au boulot. Ils ont dit que si on prévenait les forces camerounaises, ils le tueraient. J’avais déjà vu des photos de personnes exécutées après leur kidnapping. Je suis immédiatement rentré chez moi pour entrer en contact avec eux. »

Pour mettre en scène leur menace, les ravisseurs frappent son père. Charles entend ses cris et ses pleurs au téléphone. Pris de peur, il négocie. Lui et sa famille devront finalement réunir la somme de 2,1 millions de francs CFA pour faire libérer Billy. « Ils ont dit à mon père de me demander de quitter le gouvernement du Cameroun, qu’un anglophone comme moi ne pouvait pas travailler pour l’ennemi », relate Charles. Depuis, Billy et les rares membres de la famille restés au village se sont réfugiés à Yaoundé.

Kidnappé à trois reprises

La crise sociopolitique qui secoue depuis 2016 le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, les deux régions anglophones du Cameroun, s’est transformée depuis deux ans en un conflit armé entre les forces de défense et de sécurité camerounaises et les combattants séparatistes, qui réclament l’indépendance de cette partie du pays. Selon l’ONU, près de 530 000 personnes ont fui les violences pour se réfugier dans les forêts ou les régions francophones. Environ 30 000 sont passées au Nigeria et plus de 1 800 personnes sont mortes. Ceux qui restent courent le risque d’être tués ou d’être kidnappés par des groupes armés.

Entre novembre 2018 et juillet 2019, Le Monde Afrique a interrogé une vingtaine d’ex-otages ou des membres de leur famille.

Les hommes armés, se présentant comme des indépendantistes, kidnappent des personnes soupçonnées de travailler pour les forces de défense, des membres de l’administration camerounaise, des employés des entreprises publiques ou parapubliques, des chefs traditionnels, des élèves, des étudiants, des enseignants bravant le boycott des écoles imposé par les sécessionnistes, des hommes d’affaires, des hommes politiques, des humanitaires… La majorité paie des rançons.

« Ils ont kidnappé mon grand-père à trois reprises. Ils lui reprochaient d’avoir voulu coopérer avec les autorités », raconte la petite-fille d’un chef traditionnel de Kumbo (Nord-Ouest), réfugiée avec ses enfants à Douala. Lors du premier rapt, les ravisseurs exigent des fusils traditionnels et des munitions. Dans les chefferies traditionnelles camerounaises, certains notables possèdent en effet des fusils qui leur servent pour la chasse ou lors de cérémonies culturelles et funéraires. Dès l’intensification de la crise, les autorités ont demandé à tous les habitants de les leur confier, mais beaucoup les ont conservés.

« On leur a donné les armes et ils les ont libérés », poursuit la petite-fille du chef. La deuxième et la troisième fois, les séparatistes demandent respectivement 100 000 et 200 000 francs CFA. La famille se cotise et le chef est libéré. Les combattants lui ont interdit de quitter Kumbo.

Un professeur décapité

Certains commerçants, patrons de bar ou d’épiceries ont reçu l’ordre de ne pas servir les forces de défense et de sécurité. Pour leur avoir vendu des beignets, Mercy, une restauratrice basée à Mamfé (Sud-Ouest), a été enlevée pendant trois jours. « Nous avons payé 230 000 francs CFA pour libérer ma mère », témoigne son fils Danny, 27 ans, réfugié au quartier Madagascar, à Yaoundé, où il est conducteur de moto-taxi. Le jeune homme se bat pour faire venir sa mère et ses trois petits frères auprès de lui, « afin qu’ils reprennent l’école ».

L’éducation est en effet l’un des secteurs les plus touchés par les enlèvements. Depuis trois ans, des centaines d’élèves et étudiants ont déserté les classes dans les zones anglophones. D’après l’ONG Human Rights Watch (HRW), les séparatistes armés ont utilisé des écoles comme bases pour y installer des combattants, stocker des armes et retenir des otages.

« La plupart des cas de kidnappings que nous avons pu vérifier concernent des élèves ou des enseignants. Des centaines d’enfants ont été enlevés sur le chemin de l’école ou dans leurs bâtiments scolaires, souvent car ils ne respectaient pas la consigne séparatiste de boycotter les écoles », souligne Ilaria Allegrozzi, chercheuse à HRW. Des otages ont été torturés, blessés, certains amputés d’une main, des doigts. D’autres ont été tués, égorgés ou décapités. En mai, un professeur d’histoire-géographie de lycée a été décapité et sa tête déposée sur une avenue de Bamenda, la capitale du Nord-Ouest.

Certains leaders anglophones, basés à l’étranger, nient être les commanditaires de ces crimes. Ils accusent des « fake ambas » (faux séparatistes), instrumentalisés selon eux par les autorités pour leur causer du tort.

Montée en puissance

« La situation est devenue incontrôlable, explique une source sécuritaire à Bamenda. Même les chefs de la diaspora ne maîtrisent plus grand-chose et n’ont plus beaucoup d’influence sur leurs troupes sur le terrain. Les kidnappings sont quotidiens. Il y a tellement d’argent et de pouvoir en jeu que des groupes séparatistes se divisent. Certains créent leur propre groupe, et ainsi de suite. Nous les arrêtons, certains meurent au cours des combats, mais d’autres reviennent et continuent de kidnapper. »

S’il est difficile de dire avec exactitude comment les séparatistes dépensent l’argent des rançons, « on peut penser qu’il est utilisé pour se ravitailler, y compris en armes », dit Ilaria Allegrozzi, qui note que « leur capacité militaire est devenue plus importante ». La chercheuse explique que fin 2018, HRW a observé une montée en puissance des groupes séparatistes, à la fois en termes d’effectifs et d’armements. Fin juin, quatre policiers ont été tués dans l’explosion d’une mine au passage de leur voiture à Otu (Sud-Ouest).

« De plus en plus de jeunes garçons les rejoignent, pour l’idéologie mais aussi pour de l’argent, s’inquiète un sous-préfet de la zone. Ils sont de mieux en mieux organisés, mieux armés, avec des kalachnikovs, et opèrent même en pleine ville, sans peur. »

Le 28 juin, l’opposant historique John Fru Ndi, du Social Democratic Front, a été enlevé chez lui à Bamenda, en pleine journée, et conduit en brousse. Il y a passé plus de vingt-quatre heures, avant d’être libéré par des séparatistes qui sollicitent son soutien et demandent qu’il retire ses députés et sénateurs du Parlement. Deux mois plus tôt, le « chairman », aujourd’hui âgé de 78 ans, avait déjà été kidnappé pour les mêmes motifs, pendant près de sept heures, alors qu’il se rendait à l’enterrement d’un de ses députés à Kumbo. Les ravisseurs l’avaient alors extrait du véhicule du cortège dans lequel il se trouvait.

« Si rien n’est fait, on fera bientôt face à une rébellion avec plusieurs groupes armés, comme en Centrafrique ou en République démocratique du Congo, craint le sous-préfet. Il faut mettre fin à cette guerre inutile. » Sur le terrain, en pleine ville ou dans les villages reculés, les rapts se poursuivent.

*Les prénoms ont été changés à leur demande.

 

cameroononline.org/

41 militants de l’opposition écopent d’une peine d’emprisonnement de six mois

Flag of Cameroon.svg

Le Tribunal de première instance (TPI) de Douala-Bonanjo a prononcé le verdict condamnant 41 militants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) à six mois d’emprisonnement ferme, a annoncé dimanche, la direction de cette formation politique de l’opposition.

Le MRC à travers l’un de ses avocats Me Désiré Sikati, a déclaré que le parti va interjeter appel, d’autant que « les prévenus ont été condamnés en leur absence et en l’absence de leurs avocats ».

Cette décision du tribunal rendue vendredi dernier est le prolongement de l’affaire opposant le ministère public aux militants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun, arrêtés pendant une marche de protestation le 27 octobre 2018 à Douala.

Une « manifestation interdite » d’après le tribunal, qui se base sur l’interdiction des autorités administratives, notamment les sous-préfets des arrondissements de Douala 1er et 5è qui avaient invoqué dans leur décision d’interdiction, « des risques de menaces à l’ordre public ».

Selon ce parti politique, toutes les personnes interpellées avaient été libérées, mais, peu de temps après, précisément le 31 octobre, elles ont reçu des citations à comparaître devant le tribunal de première instance de Bonanjo à Douala pour « appel à l’insurrection et organisation des marches interdites pour remettre en cause l’ordre public ».

Le MRC se dit « surpris » par cette décision du tribunal d’autant que « des sources officielles avaient déclaré que, Paul Biya, Chef de l’Etat et président du Conseil supérieur de la magistrature, avait ordonné l’abandon des poursuites contre les militants du MRC arrêtés à Douala pendant la manifestation pacifique du 27 octobre 2018 ».

Il s’agissait là, de la toute première « marche blanche » organisée par le MRC pour protester contre la décision du Conseil constitutionnel déclarant Paul Biya vainqueur de l’élection présidentielle du 07 octobre 2018 avec 71,28% de suffrages, contre 14% à Maurice Kamto, le candidat du MRC, arrivé deuxième.

Malgré la relaxation par le tribunal de 39 militants de cette formation politique en juillet dernier à Yaoundé, plus de 122 membres de ce parti dont son président national Maurice Kamto sont encore en détention préventive, leur procès ayant repris il y a quelques jours après une interruption de deux mois.

 

cameroononline.org/