Reuters withdraws article on reported violations in Egypt’s election

Flag of Egypt.svg

International news agency of Reuters withdrew on Thursday an article it published on March 28 regarding reported violations that took place during the electoral process after Egypt’s State Information Service (SIS) expressed its complete rejection of the “inaccurate” information mentioned in the article.

Reuters replaced the aforementioned report with a message to readers saying that “the item detailed below is withdrawn because it did not meet Reuters standards.” This message was published through all the media outlets affiliated to the agency.

According to an SIS statement, Diaa Rashwan, head of the Information Service, has been in direct contact since Wednesday with regional officials at Reuters after publishing false reports regarding the conduct of the electoral process in Egypt.

“Rashwan received from Reuters administration officials that the agency’s management in London and New York decided to withdraw the reports referred to, and published the withdrawal decision through all the agency’s media around the world,” the SIS said in a statement.

SIS considered Reuters’ decision “an acknowledgement from the agency that the reports are not true.”

Recently Egypt’s SIS praised the foreign media coverage of the 2018 Egyptian presidential election, according to media statements from Mohammed Imam, the head of the SIS operations room, but warned about consequences for “unprofessional” coverage of the election.

Imam affirmed that since the beginning of the first day of the election, general coverage has been positive with the exception of some articles by writers in international media outlets that are not accredited with the Egyptian Center for Foreign Correspondents.

He added that the SIS operations room under the leadership of Diaa Rashwan met with a number of foreign correspondents to solve their issues in covering the election, emphasizing that the BBC, CNN, and Reuters published good reports on the elections.

“Any foreign article written in a non-professional manner regarding the presidential election will receive a direct and clear response. If the writer is in Cairo, then they will be summoned, even if they are not a resident. A clarification will be sent to him or her regarding the information they published,” he said

Egyptian polling stations were open for three days across the country for voters to elect their president, with people rejoicing and playing patriotic songs on speakers.

Only two competitors were in the running for the presidency: President Abdel Fattah al-Sisi and head of the Ghad Party Moussa Mostafa Moussa. Exit polls and preliminary indicators on Thursday morning indicated that Sisi had been re-elected for the presidency with 92 percent of the vote, with a turnout of 40 percent.

Nearly 59 million people were legible to cast their votes at the ballots.

 

Source :  Egypt Independent

Sisi close to second term in office with 97% of valid votes

Flag of Egypt.svg

Preliminary results of the Egyptian presidential election show that President Abdel Fattah al-Sisi is close to a second term in office after defeating his competitor Moussa Mostafa Moussa, head of the Ghad Party, in a landslide victory.

The results showed that 25 million of the eligible voters have casted their votes, and that Sisi gained 23 million of them, accounting for 97 percent of the valid votes, while Moussa obtained 3 percent of the valid votes.

Only two competitors ran for the presidency: Sisi, and Moussa. Voting began on March 26 and ended on March 28, with polling stations open from 9 am to 9 pm.

According to the National Election Authority (NEA), 59.78 million Egyptian are eligible to vote and 18,000 judges monitored the election.

The NEA will hold a press conference on Monday to announce the official result, including the result of the vote of Egyptians abroad.

The NEA said in a statement issued on Thursday that it received all the reports of votes counting of all electoral committees and polling stations.

For his part, Moussa said in an interview with Al-Masry Al-Youm that he is satisfied with the result he achieved.

He added that he achieved results that he did not expect despite the lack of sufficient publicity, and the great popularity of Sisi.

Moussa said he would seek to meet Sisi to present his electoral program, and to submit all the economic files contained in the program for the President.

The National Council for Human Rights (NCHR) praised the citizens’ keenness to cast their votes in the election, despite bad weather, on Wednesday.

The NCHR pointed to the increasing voter turnout in the last hours of the last day of the election, especially after the decision of NEA to extend the vote to 10 pm.

Edited translation from Al-Masry Al-Youm

 

Source :  Egypt Independent

RDC: nouveau mandat pour la MONUSCO

Flag of Cameroon.svg

Responsive image

Le Conseil de sécurité a prorogé hier la mission de la force onusienne dans ce pays dans la perspective des élections du 23 décembre prochain.

La Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) restera encore pendant plusieurs années dans ce pays. Le Conseil de sécurité des Nations unies ayant décidé hier du renouvellement de son mandat avec en ligne de mire la sécurisation de l’élection présidentielle, des législatives et des locales prévues le 23 décembre prochain.

D’autant plus que la nouvelle résolution recommande «de faire tout ce qui est possible pour que les élections du 23 décembre 2018 soient organisées dans des conditions requises de transparence, de crédibilité, d’inclusivité et de sécurité».

La résolution adoptée en mars 2017 accordait déjà un point d’honneur à la présidentielle de décembre dernier. Mais, l’échéance fut reportée d’un an par les autorités congolaises, officiellement, pour cause d’insécurité dans certaines parties du pays, à l’instar du Kasaï.

Forte de près de 20 000 hommes dont 16 000 casques bleus déployés à travers ce vaste territoire depuis 1999, la Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique assure la protection des civils, soutient le processus électoral et devra aussi veiller au transfert pacifique entre les présidents sortant et entrant autour du 12 janvier 2019.

Toutefois, ce renouvellement intervient dans un contexte marqué par une crise ouverte entre le régime en place et la force onusienne. Au cours d’une conférence de presse le 26 janvier à Kinshasa, Joseph Kabila a souhaité une clarification des relations avec la MONUSCO. Le président congolais accusait alors cette dernière de n’avoir éradiqué aucun groupe armé en activité dans le pays.

Les autorités congolaises digèrent également mal le fait que l’ONU réclame toujours comme mesures de «décrispation politique», la libération des prisonniers politiques prévue dans l’accord du 31 décembre 2016.

Comme pour davantage afficher son mécontentement, Kinshasa a non seulement annoncé qu’elle n’acceptera aucun financement extérieur en soutien à l’organisation des prochaines élections, mais n’entend non plus prendre part à la conférence des donateurs pour la RDC prévue le 13 avril prochain à Genève en Suisse organisée par l’ONU et de certaines ONG qu’elle accuse d’exagérer la crise humanitaire au Congo.

Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies, et Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Union africaine, envisageraient une visite en RDC dans les prochains mois.

Cameroon-Tribune

«La lutte contre la tricherie va s’accentuer»

Flag of Cameroon.svg

Responsive image

Samuel Rigobert Mandeng, président de la Fédération nationale des sports scolaires ligue A.

Quel est l’état des préparatifs de la 20e édition des jeux Fenassco ligue A qui se déroule cette année dans la ville de Ngaoundéré?

En milieu de semaine dernière, nous étions sur le terrain pour un double objectif. Il fallait procéder au tirage au sort dans les différentes disciplines sportives. Ensuite, nous sommes allés nous assurer du bon déroulement des travaux de réfection des infrastructures sportives. Aux lycées technique et classique de la ville, au collège Mazenod qui vont recevoir et héberger les athlètes. Ces travaux ont concerné l’approvisionnement en eau, la propreté et la peinture dans les bâtiments, l’électricité, etc. Il y a véritablement des avancées. Idem pour le mythique stade Ndoumbe Oumar en cours de rénovation, qui abritera les cérémonies d’ouverture et de clôture. De façon globale, je crois que tout est mis en place dans les différentes commissions au niveau local et même au niveau national pour que tout se passe dans les meilleures conditions.

À quoi doit-on s’attendre en termes d’innovations?

Sur le plan sportif, nous allons assister à des séances d’exhibition de la fédération d’haltérophilie et celle de powerlifting et bras de fer. Des associations qui ambitionnent promouvoir ces disciplines sportives en milieu scolaire. Pour promouvoir l’excellence auprès des jeunes, on fait appel à un grand sportif qui incarne cette valeur afin que ceux-ci puisse avoir des modèles. Cette année nous aurons l’honneur de recevoir le triple champion du monde des poids welters, Issa Hamza. Il a accepté d’accompagner, d’expliquer aux enfants comment atteindre les sommets dans le sport en particulier et dans la vie en général.

Comment entendez-vous éradiquer la tricherie dans le milieu du sport scolaire?

Déjà au niveau des établissements scolaires, des départements et des régions, les responsables locaux de la Fenassco font le travail. Au niveau national, nous restons vigilants car les tricheurs ne baissent jamais les bras. La lutte va continuer afin que toute tentative soit étouffée. En ce qui concerne les sanctions, nous irons le plus loin possible.

Quid du récurrent problème de restauration ?

Nous avons tenu sous la supervision de madame le ministre (des Enseignements secondaires, ndlr), à ce que tous les prestataires retenus aient une expertise et une expérience avérées. Au niveau de la restauration qui est souvent délicate, il est question à ces jeux que tout se passe pour le mieux. C’est notre souhait et on est tous mobilisé pour atteindre cet objectif.

 

Cameroon-Tribune

Religion: Pâques c’est dimanche

Flag of Cameroon.svg

Responsive image

Les fidèles s’organisent pour une célébration réussie dans les églises et les familles, de la plus grande fête chrétienne.

Depuis le début de la semaine sainte dimanche dernier, les fidèles epuis le début de chrétiens s’organisent dans les différentes églises et les familles. Entre prières, recueillement, résolutions et autres manifestations d’affirmation de sa foi et du respect des commandements de l’église et de Dieu, dans l’attente fébrile du jour de la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts dimanche prochain. A la paroisse Saint-Kisito de Mvog-Mbi, l’abbé Gré- goire Nkouly et ses fidèles mettent la main aux derniers préparatifs de la cé- lébration de la fête de Pâques. Entre la propreté de la paroisse appelée à briller de mille feux le jour J, l’accent est également mis sur des activités spirituelles, des causeries, des retraites afin d’amener les uns et les autres à s’approprier la passion et la mort du Christ. Seules à même de confirmer la foi des fidèles et de garantir des grâces à la paroisse et aux fidèles. Pour l’abbé Gré- goire Nkouly, « c’est une occasion unique de remise en cause individuelle permettant d’être en phase avec le Seigneur ». Du côté de la paroisse du Sacré cœur de Mokolo, les fidèles ont accueilli mardi, l’archevêque métropolitain, Mgr Jean Mbarga, venu les assister dans cette semaine sainte source de toutes les tentations, de renoncements, d’égarements…

Les chrétiens doivent, à l’image de Jésus Christ, passer au travers mais pour cela il faut garder la foi, pour, comme le dit l’abbé Fran- çois-Xavier Olomo, recteur de la cathédrale NotreDame-des-victoires de Yaoundé, « que notre engagement ne s’arrête pas en si bon chemin, et que la bouche qui chante la gloire de Dieu ne soit plus celle qui le maudit ». Pour que le jour de la résurrection du Christ, donne à tous la joie d’être tant aimés du Seigneur. Et à la cathédrale Notre-Dame-des-victoires de Yaoundé, il est prévu dès ce jour à 18h, la cène du Seigneur Jésus Christ suivi de l’adoration du saint sacrement jusqu’à minuit. Vendredi saint, à 13h, place au rite traditionnel « Nsiliawu » et la passion du Christ suivis du grand chemin de croix dans les rues de la ville de Yaoundé, et samedi à 19h, ce sera la messe de la vigile pascale.

 

Cameroon-Tribune